Le cynips du châtaignier : biologie du parasite

Revenir à l’article de base sur le cynips

Le nom commun de ce parasite est le « Cynips du châtaignier » ou Dryocosmus kuriphilus.

Source : Wikipedia

Originaire de Chine, il serait apparu en 1940 au Japon et en Corée, en 1974 aux États-Unis et seulement en 2002 pour la première fois en Europe.

L’espèce a été repérée en Italie, puis en 2005 en Slovénie et en 2007 dans le sud de la France (Saint-Dalmas-le-Selvage et Valdeblore dans les Alpes-Maritimes) où il a été rapidement éradiqué en brûlant les arbres infestés.


Au printemps 2010, le cynips est repéré pour la première fois en Ardèche, la principale zone de production française.
La région italienne de Coni est une zone importante de production de plants de châtaignier dont une grande partie est destinée à l’exportation vers les pays voisins. Le risque de propagation du cynips est par conséquent élevé, raison pour laquelle l’Union européenne a pris des mesures sanitaires drastiques relatives au transport et à la plantation des châtaigniers.
En 2015, le cynips est présent dans le Gâtinais français ainsi qu’en Aquitaine (Dordogne, Périgord noir notamment).
Le périmètre de vol de ces insectes étant limité à 25 km, la propagation se fait vraisemblablement essentiellement par le transport par l’homme de plants infestés ou de parties de plants (greffons). Les châtaignes, elles, ne sont pas porteuses du parasite.

source : http://liboupat2.free.fr/Galles/dryocos.html

Les adultes pondent dans les bourgeons pendant la saison de végétation.
Les larves séjournent dans les bourgeons et passent l’hiver sans que le parasite puisse être détecté. Au printemps suivant, les larves se développent et, sous l’effet des toxines qu’elles sécrètent, se forment des galles plus ou moins rouges à la place de la pousse normale.

Les plants infestés, au lieu de porter des feuilles et des fruits, ne donnent qu’une pousse très courte avec quelques feuilles déformées par les galles. À terme, cela provoque une perte de vigueur et la mortalité de rameaux (chute de la production fruitière pouvant atteindre 60 à 80%) et mène dans le pire des cas à la mort des arbres.

Quel impact sur nos forêts ? 

Sur la région de Forges les bains, nous en sommes rendu à la troisième année d’observation de ce parasite. Sans intervention au printemps 2017, au rythme auquel se développe ce parasite, la surface photosynthétique des arbres va être fortement impactée et nos forêts de châtaigniers seront en danger.

source : greenwoodservicesrl

Les cynips adultes quittent les galles entre mai et juillet pour aller pondre et recommencer un nouveau cycle annuel.

Une fois la galle abandonnée, elle devient une porte d’entrée potentielle pour un champignon qui attaque les châtaigniers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *